"Je ne veux pas l'appeler Bucha." Des enterrements de masse de personnes ont été trouvés à Izyum

"Je ne veux pas l'appeler Bucha." Des enterrements de masse de personnes ont été trouvés à Izyum

16.09.2022 0 Par admin

raisins secs

Auteur de la photo, Andriy Yermak

Légende des photos,

Le chef du bureau du président a publié une photo de l’inhumation collective à Izyuma. L’auteur de la photo est inconnu

Un enterrement de masse de personnes a été découvert à Izyum, dans la région de Kharkiv. Ce sont plusieurs centaines de personnes qui sont probablement mortes à la suite du bombardement de la ville, des actions procédurales sont en cours, ont rapporté les autorités ukrainiennes.

« Bucha, Marioupol, maintenant, malheureusement, Izyum… La Russie laisse derrière elle la mort partout. Et elle doit en être responsable. Le monde doit tenir la Russie pour une réelle responsabilité dans cette guerre. Nous ferons tout pour cela », Volodymyr Zelenskyy a dit.

Dans un message vidéo du soir, le président a déclaré que des journalistes ukrainiens et internationaux seront à Izyum vendredi et que les autorités publieront plus d’informations.

Le 10 septembre, l’armée russe s’est retirée d’Izyum et de certaines autres colonies de la région de Kharkiv sous la pression des forces armées.

Mort et tué

Serhii Bolvinov, chef du département d’enquête de la police de la région de Kharkiv, a déclaré qu’un enterrement de masse de plus de 440 corps avait été découvert à Izyum.

« Nous savons que certains ont été tués [par balle], certains sont morts de tirs d’artillerie, de soi-disant blessures causées par des explosions de mines. Certains sont morts de frappes aériennes. De nombreux corps n’ont pas encore été identifiés », a déclaré Bolvinov à Sky News.

Selon lui, tous les corps seront exhumés et envoyés pour examen médico-légal.

« Ne l’appelez pas Bucha »

Oleg Kotenko, le commissaire aux personnes disparues, a également annoncé des enterrements de masse dans la ceinture forestière d’Izyum de la région de Kharkiv.

Kotenko a confirmé l’authenticité des photos publiées sur Internet sur les ondes de la chaîne de télévision « Nastoyastchee vremya ». Ces images montrent des enterrements de masse dans la forêt d’Izyum, obtenues auprès de journalistes ukrainiens. Sur les croix se trouvent les inscriptions « Forces armées, 17 personnes, de la morgue », « 345 », « 412 », sur certains – noms de famille.

Auteur de la photo, ERA

Légende des photos,

Enterrement des morts à BUcha

Kotenko a précisé qu’il s’agit de centaines de morts.

« Lorsqu’ils ont pris la ville, il y a eu de violents bombardements et des gens sont morts juste dans les rues. Les services funéraires ne savaient pas de quel genre de personnes il s’agissait, mais ils les ont pris et enterrés dans ce cimetière », a déclaré le commissaire.

Il a également supposé que la plupart des morts provenaient de tirs d’artillerie.

« Je ne veux pas l’appeler Bucha. Les gens sont enterrés ici de manière plus civilisée », a-t-il ajouté.

Le commissaire a exprimé l’espoir que les services funéraires tiennent un registre qui aiderait à établir où les personnes enterrées sont mortes et qui elles étaient.

« Un millier de morts »

Auparavant, le député du conseil municipal d’Izyum, Maksym Strelnyk, avait déclaré que pendant l’occupation russe à Izyum, dans la région de Kharkiv, au moins 1 000 civils étaient morts.

« Selon les informations dont nous disposons, au moins un millier d’habitants de la ville sont morts à la suite d’actions militaires. Mais nous pensons qu’un nombre encore plus grand de personnes ont souffert parce qu’ils n’ont pas pu leur fournir à temps l’assistance médicale nécessaire, car les occupants ont détruit toutes les installations médicales en mars. institutions, elles ne fonctionnaient pas », a déclaré Strelnyk lors du briefing.

Selon lui, l’accès aux médicaments était limité, les militaires russes ont pillé les pharmacies.

Crédit photo : Reuters

Selon le conseil municipal, environ 10 000 habitants restent à Izyum.

Plus de 80 % des infrastructures de la ville ont été détruites.

Selon Strelnyk, la question d’une éventuelle évacuation en raison de l’approche de la saison de chauffage sera discutée au plus haut niveau, mais jusqu’à présent, aucune décision de ce type n’a été prise.

Vous pouvez toujours recevoir les principales nouvelles dans le messager. Il suffit de s’abonner à notre Telegram ou Viber .