Ce que la mission de l'AIEA a vérifié à la centrale nucléaire de Zaporizhzhia

Ce que la mission de l'AIEA a vérifié à la centrale nucléaire de Zaporizhzhia

02.09.2022 0 Par admin

Centrale nucléaire de Zaporijzhia

Crédit photo : EPA

Légende des photos,

Le chef de l’AIEA au ZNPP le 1er septembre

L’intégrité physique de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia a été violée à plusieurs endroits. C’est ce qu’a déclaré le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, qui a visité la centrale nucléaire capturée par les troupes russes.

Après l’inspection de l’AIEA, le représentant de la Russie auprès des organisations internationales à Vienne, Mykhailo Ulyanov, a déclaré à RIA Novosti que deux inspecteurs de l’AIEA resteront en permanence à la centrale nucléaire de Zaporijia.

Dans le même temps, Energoatom a signalé que les Russes n’avaient pas autorisé les inspecteurs à entrer dans le centre de crise où l’armée russe est stationnée et n’avaient pas retiré le matériel militaire du territoire du ZNPP.

Depuis plusieurs semaines, la Russie et l’Ukraine s’accusent mutuellement de bombarder une installation nucléaire.

Ce qu’a dit l’AIEA

La mission de l’AIEA a visité la centrale nucléaire pour évaluer les dommages causés à la centrale nucléaire pendant les hostilités.

Après son retour sur le territoire sous contrôle ukrainien, Grossi a déclaré aux journalistes qu’il était préoccupé par la situation à la station. Dans le même temps, il a noté que les inspecteurs n’avaient pas pour tâche de déterminer si la centrale avait été endommagée intentionnellement ou accidentellement. » Il est clair que l’intégrité physique de la centrale électrique a été violée à plusieurs reprises… Cela ne peut pas continuer. « , a déclaré Grossi.

Il a dit qu’il avait réussi à faire le tour de l’ensemble de la centrale nucléaire, pour voir les éléments clés de la centrale, tels que les systèmes d’urgence et les salles de contrôle. Son équipe va maintenant analyser les aspects techniques de ce qu’ils ont vu : « Nous n’irons nulle part. L’AIEA est maintenant là, à la centrale, et les inspecteurs ne partent pas, ils resteront là », a déclaré Grossi. les experts fourniront une évaluation impartiale, neutre et techniquement solide de ce qui se passe au ZNPP.Un problème qui préoccupe beaucoup la communauté mondiale est le pilonnage autour du ZNPP, qui peut endommager la centrale et provoquer une fuite de rayonnement. L’un des réacteurs de la centrale a dû être arrêté jeudi à cause des bombardements. Selon Grossi, il a été témoin des bombardements. Nous tous », a-t-il dit.

Légende des photos,

Le chef de l’AIEA a montré les conséquences des bombardements à la centrale nucléaire

Légende des photos,

Les journalistes ont vu le drone abattu

Ce qu’ils disent dans Energoatom

Chez Energoatom, des Russes et un représentant de l’administration collaborative locale, Volodymyr Rogov, ont été accusés d’avoir répandu des mensonges sur la visite des inspecteurs de l’AIEA au ZNPP.

En particulier, les Russes ont été accusés d’avoir bombardé la route de passage des inspecteurs et le ZNPP lui-même le 1er septembre, ce qui a déclenché la protection d’urgence et arrêté la tranche 5.

« La déclaration la plus fausse des occupants est la déclaration selon laquelle la mission de l’Agence internationale de l’énergie atomique s’est rendue là où elle « voulait ». Ceci malgré le fait que ses représentants n’ont même pas été autorisés à se rendre au centre de crise du ZANP, où l’armée russe sont actuellement en poste, qu’ils n’étaient pas censés voir des représentants de l’AIEA », insiste Energoatom.

Crédit photo : Reuters

La société a également noté que les Russes avaient laissé du matériel militaire au ZANP, les inspecteurs l’ont vu, mais leur ont expliqué qu’il s’agissait prétendument de « matériel de défense chimique ».

« Bien que les règles de sécurité incendie interdisent d’encombrer l’espace, notamment avec du matériel militaire, surtout dans une centrale nucléaire ! Après tout, dans une telle installation, il est tout simplement impératif que les camions de pompiers aient un passage dégagé », rappelle Energoatom.

Voulez-vous recevoir les principales nouvelles dans le messager? Abonnez-vous à notre Telegram ou Viber !