La mission de l'AIEA est arrivée à la centrale nucléaire de Zaporizhzhia

La mission de l'AIEA est arrivée à la centrale nucléaire de Zaporizhzhia

01.09.2022 0 Par admin

Zaes

Crédit photo : Reuters

Légende des photos,

La route vers Energodar depuis Zaporizhzhia était difficile et passait avec des retards

La mission de l’AIEA est arrivée à la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, située près d’Energodar sous l’occupation des troupes russes.

C’est ce qu’a rapporté l’agence russe « RIA Novosti », dont le correspondant accompagne la mission dans le territoire occupé. La publication a publié une vidéo de la visite de la mission au ZNPP.

Un correspondant de Reuters a confirmé avoir vu un important convoi de véhicules avec des inspecteurs de l’AIEA arriver à la centrale nucléaire de Zaporizhzhya. Selon lui, il y a de nombreux militaires russes sur place.

« La mission de l’AIEA est arrivée à la centrale nucléaire de Zaporizhzhya », a déclaré Energoatom.

La délégation comprend des experts de Pologne, de Lituanie, de Chine, de France et d’autres pays. Il n’y a pas de représentants des États-Unis et de la Russie là-bas.

La route de Zaporizhzhia, où les représentants de la mission sont arrivés la veille, a pris de nombreuses heures.

Crédit photo : Reuters

Vers 10h00, l’agence Interfax-Ukraine signale que la mission de l’AIEA se trouve à un poste de contrôle à Novooleksandrivka, à environ 20 km de la ligne de front. À 13h00, on a appris qu’après un retard de plusieurs heures, les experts avaient traversé la zone grise jusqu’à Energodar.

Pendant tout ce temps, des bombardements ont été signalés près de la gare. L’Ukraine et la Russie échangent des accusations mutuelles sur la situation.

De plus, les autorités d’occupation de la région de Zaporijia ont refusé de délivrer un « laissez-passer spécial » pour le passage de la délégation de l’AIEA. Son représentant, Yevhen Balytskyi, a déclaré que la mission « fera la queue » car elle ne voulait pas se rendre au ZNPP à travers le territoire occupé, du côté russe.

Le chef de l’AIEA, Raphael Grossi, a indiqué que, connaissant « l’intensification de l’activité militaire dans la région », il prévoit de poursuivre la mission au ZNPP et de rencontrer le personnel de la station.

« Ayant parcouru tout ce chemin, nous ne nous arrêtons pas », a déclaré Grossi, cité par Reuters.

L’Ukraine insiste sur le fait que c’est la Russie qui est derrière les bombardements, essayant de perturber la visite de la mission.

« C’est la Russie qui est responsable de tout ce qui se passe au ZNPP et à Energodar. Les criminels doivent être arrêtés », a tweeté dans la matinée le chef de cabinet du président, Andriy Yermak.

Au lieu de cela, la Russie affirme que c’est l’Ukraine qui bombarde la station. En particulier, Serhiy Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, a déclaré que la visite de la mission devrait « montrer toutes les traces qui ont été laissées à la suite des bombardements et des bombardements ukrainiens ».

Selon les résultats de la visite de la mission, l’Ukraine s’attend à la désoccupation du ZNPP, à son retour au contrôle total de l’Ukraine et à la poursuite de la démilitarisation, a déclaré le ministre de l’Énergie Herman Galushchenko, exprimant la crainte que la Russie ne perturbe la visite de la mission.

Energodar est sur le point

Crédit photo : Reuters

La situation dans la ville d’Energodar, où se trouve le ZNPP, est tendue depuis le matin. Le maire de la ville, Dmytro Orlov, a déclaré que depuis 5 heures du matin, les tirs de mortier constants n’avaient pas cessé, des tirs automatiques pouvaient être entendus.

Selon lui, il y a des victimes. Plus tard, il a ajouté que la puissance occupante, qui accuse l’Ukraine de bombardements, avait fait état de morts et de blessés.

Orlov dit que des hélicoptères survolaient la ville.

Auteur de la photo, le maire Dmytro Orlov

Légende des photos,

En ville, ils disent que des immeubles résidentiels ont été touchés, et il y a des victimes

Plus tard, les services de renseignement ukrainiens ont confirmé qu’un groupe d’hélicoptères d’attaque russes K-52 opéraient au-dessus d’Energodar, frappant des zones résidentielles.

Selon les renseignements, une attaque au mortier a été menée à proximité immédiate du territoire du ZNPP et des réacteurs nucléaires.

Les autorités russes d’occupation blâment l’Ukraine pour les bombardements. Les Russes affirment qu’ils se sont battus contre le débarquement des troupes ukrainiennes dans la ville.

Plus tard, le ministère de la Défense de la Fédération de Russie a également diffusé cette information, mais n’a fourni aucune preuve.

Crédit photo : Reuters

Selon leurs données, vers 5 heures du matin, deux groupes de sabotage de troupes ukrainiennes comptant jusqu’à 60 personnes dans sept bateaux ont atterri sur la rive du réservoir de Kakhov à trois kilomètres et « ont tenté de s’emparer de la centrale électrique ».

L’armée russe affirme que c’est pour cette raison qu’elle a pris des mesures et utilisé l’aviation.

La situation au ZANP

« Energoatom » indique qu’à 4h57 du matin, en raison de tirs de mortier russes sur le site de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya, la protection d’urgence a été activée et la 5e unité électrique a été arrêtée.

De plus, selon le régulateur, la ligne d’alimentation électrique de réserve pour les propres besoins de ZNPP a été endommagée.

« C’est la deuxième fois au cours des 10 derniers jours que les actions criminelles des Rashists ont conduit à l’arrêt de l’unité et au black-out de la station », ajoute le régulateur.

Le personnel ukrainien est en train de réparer les dégâts causés à l’infrastructure de la gare.

Voulez-vous recevoir les principales nouvelles dans le messager? Abonnez-vous à notre Telegram ou Viber !