"L'homme le plus seul du monde" est mort au Brésil. Il était le dernier représentant de sa tribu

"L'homme le plus seul du monde" est mort au Brésil. Il était le dernier représentant de sa tribu

30.08.2022 0 Par admin
  • Vanessa Bushschlüter
  • nouvelles de la BBC

En 1998, l'homme a été accidentellement filmé

Crédit photo : Funaï

Légende des photos,

En 1998, l’homme a été accidentellement filmé

Selon des responsables, le dernier représentant d’un groupe de peuples autochtones isolés est décédé au Brésil.

L’homme, dont le nom est inconnu, vit dans un isolement complet depuis 26 ans.

Il était connu sous le nom de « Pit Man » parce qu’il creusait des trous profonds, dont certains qu’il utilisait pour piéger des animaux et d’autres comme cachettes.

Son corps a été retrouvé le 23 août dans un hamac près de sa hutte au toit de chaume. Il n’y avait aucun signe de violence.

L’homme était le dernier membre d’un groupe indigène dont six autres membres ont été tués en 1995. Le groupe vivait dans la communauté indigène Tanaru dans l’État de Rondonia, qui borde la Bolivie.

On pense que la plupart des membres de sa tribu ont été tués dans les années 1970 par des bergers qui voulaient étendre leurs terres.

« L’homme de la fosse » avait probablement environ 60 ans et est mort de causes naturelles.

Il n’y avait aucun signe d’intrusion et tout dans sa hutte est resté intact, ont déclaré des responsables, mais la police mènera toujours une enquête post-mortem.

Selon la constitution brésilienne, les peuples autochtones ont droit à leur terre traditionnelle, de sorte que ceux qui veulent la prendre sont connus pour les tuer.

« L’homme de la fosse » est sous la tutelle de l’Agence brésilienne des affaires indigènes (Funai) depuis 1996 pour sa sécurité.

En 2018, les membres de la Funai ont réussi à capturer un homme en vidéo lors d’une rencontre fortuite avec lui dans la jungle. Les images le montrent en train d’abattre un arbre avec ce qui ressemble à une hache.

Depuis, personne ne l’a revu, mais les employés de la Funai sont parfois tombés sur ses paillotes et les trous profonds qu’il a creusés.

Certaines de ces fosses étaient équipées de pointes acérées et servaient évidemment de pièges pour les animaux de chasse. D’autres pourraient être des cachettes où il se cachait si des étrangers s’approchaient.

Les artefacts trouvés dans ses huttes et ses haltes indiquent qu’il a planté du maïs, du manioc et des fruits comme la papaye et les bananes.

Environ 240 tribus indigènes vivent au Brésil. Beaucoup d’entre eux risquent d’empiéter illégalement sur leur territoire par des mineurs, des bûcherons et des agriculteurs, prévient Survival International, un groupe d’activistes qui lutte pour les droits des peuples autochtones.

Vous pouvez toujours recevoir les principales nouvelles dans le messager. Il suffit de s’abonner à notre Telegram ou Viber .