Poutine a ordonné que de l'argent soit versé aux réfugiés d'Ukraine. Mais il y a plusieurs conditions

Poutine a ordonné que de l'argent soit versé aux réfugiés d'Ukraine. Mais il y a plusieurs conditions

27.08.2022 0 Par admin

Poutine

Crédit photo : Reuters

Légende des photos,

Poutine a établi des paiements et simplifié les conditions de séjour des réfugiés ukrainiens en Fédération de Russie. Mais ils doivent remplir un certain nombre de conditions

En Russie, ils ont décidé d’instaurer des mensualités et de simplifier les conditions de séjour des Ukrainiens contraints de quitter la Fédération de Russie, fuyant la guerre. Mais pour profiter de ces innovations, les réfugiés doivent répondre à un certain nombre d’exigences.

Dans l’après-midi du 27 août, deux décrets de Poutine sont apparus sur le site Internet du Kremlin, concernant les citoyens ukrainiens, ainsi que les résidents des autoproclamées « DPR » et « LPR ». Rappelons que Poutine a reconnu « l’indépendance » de ces quasi-formations à la veille d’une invasion à grande échelle de l’Ukraine – le 21 février 2022.

Ces documents visent à maximiser l’intégration des Ukrainiens contraints de se retrouver en Fédération de Russie, fuyant la guerre.

Crédit photo : Getty Images

Légende des photos,

Des dizaines de milliers d’habitants de Marioupol occupé ont été expulsés vers la Russie, selon les autorités ukrainiennes

Paiements et paiements supplémentaires

Il convient de noter que les Ukrainiens ne sont pas appelés « réfugiés » au sens juridique du terme dans le décret de Poutine. Ils sont appelés « citoyens de la RPD, de la RPL, de l’Ukraine et des apatrides qui ont quitté de force le territoire de ces États et sont arrivés sur le territoire de la Fédération de Russie après le 18 février 2022 ».

Apparemment, le document n’indique pas le jour du début de « l’opération spéciale » russe – le 24 février, mais le jour où les « autorités » des républiques autoproclamées de l’est de l’Ukraine ont commencé l’évacuation forcée des résidents locaux vers la région de Rostov de la Fédération de Russie. Cela aurait été fait en raison d’une possible « escalade de la situation » dans le Donbass.

Maintenant, le chef du Kremlin a décidé de commencer les paiements mensuels pour ces citoyens. Ils dureront jusqu’à la fin de cette année.

Ainsi, les réfugiés ukrainiens en Fédération de Russie pourront recevoir des versements mensuels de pension d’un montant de 10 000 roubles. Cela représente environ 165 dollars ou 6 000 hryvnias au taux de change actuel.

Un paiement similaire est établi pour les personnes handicapées et pour les parents isolés. Pour les retraités de plus de 80 ans et les anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale, un paiement supplémentaire de 3 et 5 mille roubles (50 et 80 dollars) est prévu.

À la naissance d’un enfant, les citoyens ukrainiens recevront un paiement unique de 20 000 roubles (330 $) du Kremlin. Mais s’ils acceptent d’envoyer le mineur dans un établissement d’enseignement russe, ils auront droit à un paiement mensuel de 4 000 roubles (66 $).

Le gouvernement russe est chargé de trouver la source de financement de tous ces paiements. Il doit également établir la procédure et la liste des documents nécessaires pour recevoir « l’argent de Poutine ».

En outre, le 27 août, le premier adjoint de l’administration du président de la Fédération de Russie, Serhiy Kiriyenko, a annoncé l’ordre du chef du Kremlin d’établir une sécurité militaire à proximité des écoles dans les territoires occupés de l’Ukraine.

L’Ukraine, de son côté, affirme que les autorités russes recourent à la violence et aux menaces, obligeant les Ukrainiens sous occupation à envoyer leurs enfants à l’école à partir du 1er septembre. Ils y seront enseignés selon le programme russe.

« Moscou utilise l’éducation comme moyen d’oppression », souligne le ministère ukrainien des Affaires étrangères.

Crédit photo : Reuters

Légende des photos,

La Russie rejette les accusations de « déportation » d’Ukrainiens

Légalisation sous conditions

Avec un autre décret, le chef de la Russie a supprimé toutes les restrictions de séjour dans son pays pour les Ukrainiens et les natifs des autoproclamés « LPR » et « DPR ».

Auparavant, selon la loi, ils ne pouvaient rester en Fédération de Russie que 90 jours au maximum. Si ce délai est dépassé, ils risquent l’expulsion.

Maintenant, Poutine a ordonné d’annuler cette restriction pour les Ukrainiens transférés en Russie. De plus, il leur a permis de travailler sans permis de travail.

Ces citoyens ne peuvent être expulsés ou expulsés de Russie.

Mais pour bénéficier de ces droits, les réfugiés ukrainiens doivent remplir un certain nombre de conditions. La première et la plus importante chose est qu’ils doivent soumettre leurs empreintes digitales, c’est-à-dire subir un enregistrement dactyloscopique. De plus, ils doivent être photographiés.

De plus, les Ukrainiens devront subir un examen médical pour détecter les maladies infectieuses, le VIH, ainsi que les signes de consommation de drogues ou de psychotropes.

Afin de se légaliser en Fédération de Russie, les réfugiés d’Ukraine devront faire toutes ces actions dans le mois à venir, c’est-à-dire avant le 27 septembre. Le Ministère de l’intérieur de la Russie contrôlera le respect de ces exigences.

Selon les autorités ukrainiennes, la majorité des Ukrainiens ne sont pas partis, mais ont été déportés de force vers le territoire russe depuis le début de la guerre.

Fin juin, selon la vice-première ministre Iryna Vereshchuk, il y avait environ 1,2 million de ces citoyens. Environ 240 000 d’entre eux sont des enfants.

Les autorités russes rejettent les accusations de déplacement forcé de la population ukrainienne. Ils disent avoir « aidé à évacuer » vers leur territoire environ 2 millions d’Ukrainiens.

Voulez-vous recevoir les principales nouvelles dans le messager? Abonnez-vous à notre Telegram ou Viber !