Couper le ZNPP de l'électricité. Que se passe-t-il?

Couper le ZNPP de l'électricité. Que se passe-t-il?

25.08.2022 0 Par admin

ZPP

Auteur de la photo, Unian

Jeudi, pour la première fois de son histoire, la centrale nucléaire de Zaporizhzhya a été complètement déconnectée du réseau en raison d’incendies, rapporte l’entreprise publique « Energoatom ».

« Aujourd’hui, en raison d’incendies dans les fosses à cendres de Zaporizhzhya TPP, situées à côté de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, la dernière (quatrième) ligne de communication entre le ZNPP et le système énergétique de l’Ukraine a été déconnectée à deux reprises », explique le régulateur.

Cela fait référence à la déconnexion de la ligne « Dniprovska » – la seule qui fonctionne encore. Trois autres lignes de communication ont déjà été endommagées lors des bombardements russes, a indiqué la société.

« En conséquence, les deux unités de puissance de travail de la centrale ont été déconnectées du réseau. Ainsi, les actions des envahisseurs ont provoqué une déconnexion complète du ZNPP du réseau électrique – la première dans l’histoire de la centrale », affirme Energoatom. .

Les incendies ont été causés par des bombardements, dans lesquels les parties se blâment traditionnellement. Yevhen Balytskyi, chef de l’administration d’occupation de la région de Zaporijia, a déclaré que l’incendie avait été causé par des bombardements ukrainiens, qui ont provoqué un court-circuit sur les lignes électriques.

« Energoatom » rapporte que la connexion d’une des unités de puissance au réseau est en cours de préparation.

Dans la soirée, vers 22 heures, l’AIEA signale que le ZNPP a rétabli la connexion au réseau.

La veille, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avait assuré que le secrétariat de l’organisation soutenait toute mission de l’AIEA à la station « depuis Kyiv », c’est-à-dire à travers le territoire contrôlé par l’Ukraine. Les Russes, qui contrôlent la station, s’y opposent.

« Toute nouvelle escalade de la situation pourrait conduire à l’autodestruction », a tweeté le secrétaire général de l’ONU.

Panique et coupures de courant dans les villes et les hôpitaux

Le fond de rayonnement à Energodar, une ville satellite de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya, est normal, a déclaré le maire Dmytro Orlov, démentant les rumeurs concernant une fuite de rayonnement qui a commencé à se propager dans les chaînes Telegram en raison de la déconnexion temporaire de la centrale du réseau électrique.

« A partir de 14h30, le fond de rayonnement dans la ville est de 10,4 microroentgens par heure, ce qui correspond au niveau naturel », a rassuré les habitants et leur a demandé de ne pas utiliser inutilement l’iodure de potassium – un médicament qui doit être conservé avec vous en cas d’accident dans une centrale nucléaire.

La veille, l’électricité et l’eau ont été coupées à Energodar, a rapporté le maire.

Les médias russes, se référant aux autorités d’occupation, ont rapporté que les lumières se sont également éteintes dans d’autres colonies de la région de Zaporizhzhia, ainsi qu’à Kherson.

Melitopol est complètement sans électricité, a déclaré Volodymyr Rogov, un représentant des autorités d’occupation.

En raison des bombardements, à la suite desquels le ZNPP a été déconnecté du réseau électrique pour la première fois, une partie des hôpitaux des territoires occupés ont été coupés et ne pouvaient pas fonctionner normalement, a déclaré le ministre de la Santé Viktor Lyashko.

« La chose la plus précieuse est menacée – la vie des personnes qui se trouvent actuellement dans des salles d’opération, sous ventilateurs, dans des unités de soins intensifs à Kherson et dans une partie des régions de Zaporizhzhya », a déclaré Lyashko.

Les préparatifs d’évacuation en cas d’explosion au ZNPP sont en cours de discussion à Zaporizhzhia.

Oleksandr Starukh, le chef de Zaporizhzhya OVA, dit que plusieurs plans sont en cours d’élaboration et qu’un système de notification publique urgente a été développé.

Comment les événements peuvent se dérouler plus loin

Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est déjà réuni deux fois et a discuté de la situation au ZNPP à la demande de la Russie, qui prétend que tous les bombardements de la centrale nucléaire sont l’œuvre de l’armée ukrainienne.

L’ONU a soutenu la mission de l’AIEA, qui a l’intention de visiter le ZNPP. Auparavant, comme l’a rapporté le président français Emmanuel Macron, la Russie a également accepté cette mission.

Crédit photo : Getty Images

Légende des photos,

Des explosions et des incendies ont commencé près du ZNPP dès le 4 mars, lorsque l’armée russe a pris le contrôle de la station

Mais quand exactement l’AIEA visitera la station, et si cela se produira du tout – est toujours en question.

Auparavant, en raison de bombardements début août, trois des quatre lignes d’alimentation électrique de la centrale avaient été détruites. Dans « Energoatom » ukrainien, ils ont déclaré: cela menace une catastrophe même sans un coup direct des projectiles dans les réacteurs.

« S’ils endommagent cette dernière ligne, Zaporizhzhia n’aura plus d’alimentation électrique externe. Cela signifie que les six réacteurs, ainsi que les champs de déchets usés, ne recevront pas d’électricité pour les pompes qui refroidissent tout ce combustible, et il a donc être refroidi en continu. , si nous ne recevons pas d’électricité pour les pompes, le processus de fusion commencera, et cela créera un risque de rayonnement », a déclaré Petro Kotin, directeur d’Energoatom, dans une interview à la BBC.

C’est cette dernière ligne qui a dû être momentanément déconnectée de la gare aujourd’hui.

Energoatom suppose que l’évolution de la situation autour du ZANP indique que les Russes veulent s’approprier la centrale et le courant qu’elle produit en connectant le ZANP à leur réseau électrique.

Voulez-vous recevoir les principales nouvelles dans le messager? Abonnez-vous à notre Telegram ou Viber !