Centrale nucléaire de Zaporizhzhia : bombardements, dégâts et réclamations de déminage

Centrale nucléaire de Zaporizhzhia : bombardements, dégâts et réclamations de déminage

08.08.2022 0 Par admin

ZPP

Crédit photo : AFP

« Energoatom » a rapporté que les Russes « font déjà ouvertement chanter le monde entier, annonçant le déminage de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia ».

La société fait référence à la déclaration du chef des forces de défense radiologique, chimique et biologique de la Fédération de Russie, le général de division Valery Vasiliev, qui commande la garnison russe située au ZNPP. Il a déclaré que les Russes avaient miné « toutes les installations importantes » de la station.

« L’ennemi sait que la station sera soit russe, soit à personne. Nous sommes prêts pour les conséquences de cette étape », a déclaré Energoatom citant le général russe.

Ils nous rappellent également que plus tôt le représentant du service de presse du GUR d’Ukraine, Andriy Yusov, a déclaré que le département avait confirmé des informations sur l’exploitation minière du ZNPP par les troupes russes.

Depuis le 8 août 2022, la centrale nucléaire de Zaporizhzhia « fonctionne avec le risque de violer les normes de radioprotection et de sécurité incendie », ajoute Energoatom.

« Le bombardement du ZNPP par les troupes russes avec des missiles anti-aériens au cours des derniers jours a causé un risque sérieux pour le fonctionnement sûr de l’usine », a déclaré la société dans un communiqué.

Ils avertissent que la station azote-oxygène et le bâtiment auxiliaire combiné ont été endommagés à la suite du bombardement. Il existe toujours des risques de fuite d’hydrogène et de pulvérisation de substances radioactives, et le risque d’incendie est également élevé.

En outre, trois capteurs de surveillance des rayonnements autour du site ZNPP ont été endommagés.

Le personnel ukrainien continue de travailler à la centrale, qui est sous le contrôle de l’armée russe, et le courant produit par la centrale nucléaire va au système énergétique ukrainien.

Dans le même temps, le ministère russe de la Défense insiste sur le bombardement du ZNPP du côté ukrainien.

Comme le rapporte RIA Novosti, le ministère russe de la Défense affirme que la 44e brigade d’artillerie des forces armées ukrainiennes a tiré depuis Marganets, sur la rive opposée du réservoir de Kakhov.

« À la suite des bombardements ukrainiens, la ligne à haute tension de Kakhovska, qui fournit de l’électricité aux régions de Zaporijia et de Kherson, a été endommagée. Il y a eu une surtension à la centrale nucléaire de Zaporizhia, qui a provoqué de la fumée sur l’appareillage ouvert de la centrale. La protection système également activé, coupant l’alimentation en électricité. » – RIA a cité le ministère russe de la Défense.

« Personne ne peut arrêter le vent »

En Ukraine, ils nient la tâche de frapper au ZNPP et disent que les Russes eux-mêmes bombardent la station.

La veille, lors d’une conversation avec le président du Conseil européen, Charles Michel, Volodymyr Zelenskyi a informé des risques liés au bombardement du ZNPP.

« Aucune nation au monde ne peut se sentir en sécurité lorsqu’un État terroriste tire sur une centrale nucléaire. Dieu nous en préserve, quelque chose d’irréparable se produira – et personne n’arrêtera le vent qui propagera la pollution radioactive. Par conséquent, une réponse de principe de la communauté internationale à ces frappes russes sur la centrale nucléaire de Zaporizhzhia », a déclaré Zelenskyi.

Avant même les attentats des 5 et 6 août, le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, avait déclaré que la situation dans la station capturée par les Russes « était complètement hors de contrôle ».

Il insiste sur le fait que la centrale fonctionne avec des irrégularités et que l’AIEA n’a aucun contact avec ses employés et ne peut pas vérifier rapidement la situation.

« Tous les principes d’exploitation sûre de la centrale nucléaire ont été violés. Les risques sont très graves, la situation est extrêmement dangereuse », a déclaré Grossi.

Le chef de l’AIEA insiste sur la visite des inspecteurs de l’organisation à la centrale nucléaire, et les autorités d’occupation installées par la Russie se disent prêtes à coopérer.

Mais auparavant, l' »Energoatom » ukrainien s’était opposé aux visites de l’AIEA à la centrale nucléaire de Zaporizhzhya, affirmant qu’une telle visite légitimerait la saisie de la centrale par la Russie.

Voulez-vous recevoir les principales nouvelles dans le messager? Abonnez-vous à notre Telegram ou Viber !