La Russie a reconnu "Azov" comme une organisation terroriste. Et après?

La Russie a reconnu "Azov" comme une organisation terroriste. Et après?

02.08.2022 0 Par admin

manifestation

Photo de NurPhoto

La Cour suprême russe a reconnu Azov comme une organisation terroriste et a interdit ses activités sur le territoire russe, ont rapporté les médias locaux.

« La décision est susceptible d’exécution immédiate, sans attendre son entrée en vigueur », a déclaré le correspondant de l’agence russe « RIA Novosti », citant le juge.

La Russie qualifie le régiment de « néo-nazi » et l’accuse de crimes de guerre.

Plus tôt, les médias russes ont rapporté que plus d’un millier de soldats qui se sont rendus à Marioupol ont été mis en scène pour des actions d’enquête sur le territoire de la Fédération de Russie.

En mai, à la suite des négociations, plus de deux mille combattants de « Azovstal », y compris les combattants du régiment « Azov », se sont rendus aux Russes. Leur sort reste inconnu.

Que signifie cette décision ?

Selon la législation russe, les membres d’une organisation reconnue par le tribunal comme terroriste sont passibles de la responsabilité pénale.

Pour les organisateurs et les dirigeants, une peine sous forme de privation de liberté est prévue pour une durée de 15 à 20 ans, pour les participants ordinaires – pour une durée de cinq à dix ans.

L’audience du tribunal s’est tenue à huis clos.

Commentant cette décision, la chaîne Telegram « Azov » a publié une déclaration dans laquelle elle appelle le Département d’Etat américain et les « organismes autorisés d’autres Etats qui se considèrent civilisés » à reconnaître la Russie comme un Etat terroriste.

« Pas de vrais soldats » et le meurtre d’Olenivka

Le 29 juillet, plus de 50 prisonniers ukrainiens sont morts dans la colonie « DPR » sur le territoire d’Olenivka. La partie russe a rapidement annoncé que le bombardement avait été effectué par les forces armées.

Crédit photo : Reuters

Légende des photos,

Voici à quoi ressemble la colonie d’Olenivka après l’explosion, où plus de 50 prisonniers de guerre ukrainiens sont morts

L’Ukraine nie toutes les accusations et affirme qu’il s’agit d’une attaque terroriste ciblée menée par la Russie.

Le procureur général Andriy Kostin a déclaré lundi que la Russie était responsable du meurtre de prisonniers de guerre. Selon les données préliminaires d’experts internationaux, les combattants d’Olenivka ont été tués à l’aide d’armes thermobariques.

Le lendemain du massacre d’Olenivka, l’ambassade de Russie au Royaume-Uni s’est adressée à Twitter pour justifier le meurtre des combattants du régiment Azov, affirmant qu’ils méritaient une mort humiliante par pendaison parce qu’ils n’étaient pas de « vrais soldats ».

Que dit la Convention de Genève ?

Le fait même que des prisonniers de guerre ukrainiens aient été envoyés à la colonie pénitentiaire du village d’Olenivka viole la Convention de Genève sur le traitement des prisonniers de guerre, selon laquelle ils doivent être placés dans des camps spéciaux, loin de la zone de combat et sous des conditions strictement conditions réglementées.

La Convention établit également des règles pour la poursuite de ces personnes et interdit leur détention dans des centres de détention provisoire et des colonies pénitentiaires sans décision de justice.

Photo de YURIY DYACHYSHYN

Légende des photos,

De nombreux habitants d’Azov ont déjà été enterrés en Ukraine. Adieu au soldat à Lviv

De nombreux défenseurs de « Azovstal » ont été envoyés à la colonie pénitentiaire d’Olenivka près de Donetsk. Environ 90 autres personnes ont été emmenées en Russie et emprisonnées au SIZO-2 à Taganrog, et les membres de la commission publique de surveillance n’ont pas été autorisés à leur rendre visite.

Selon le « Kommersant » russe, il était difficile de choisir une mesure préventive pour des milliers de prisonniers de guerre de « Azovstal » devant les tribunaux russes, alors les enquêteurs russes les ont interrogés « comme témoins », et la décision de les arrêter avant de les envoyer à la colonie a été faite par « les procureurs de la DPR et de la LPR ».

« Tribunaux » dans « DNR »

Auparavant, le tribunal dit de la « RPD » avait reconnu deux Britanniques et un citoyen marocain coupables d’avoir tenté de prendre le pouvoir en « RPD » par la force, ainsi que d’avoir suivi un entraînement en vue de mener des activités terroristes.

Tous trois sont des militaires des Forces armées ukrainiennes, qui ont signé les contrats avant même le début de l’invasion russe. Tous les trois ont été « condamnés » à mort.

Légende des photos,

Les Britanniques Sean Pinner, Aiden Aslin et le Marocain Saadoun Brahim ont été condamnés à mort par un tribunal de la « RPD » autoproclamée

Récemment, on a appris que le « DPR » avait décidé de « juger » cinq autres citoyens étrangers capturés. Tous sont accusés de mercenaire.

Depuis 2014, plusieurs dizaines de dossiers ont été initiés en Russie concernant l’emploi de Russes en Syrie et en Ukraine, a appris la BBC. Les tribunaux les ont condamnés à 2,5 à 7 ans.

Les volontaires à « Azov » étaient principalement reconnus comme mercenaires (et par contumace également).

Voulez-vous recevoir les principales nouvelles dans le messager? Abonnez-vous à notre Telegram ou Viber !