Marié enfant. En Iran, une femme a été exécutée pour avoir tué son mari

Marié enfant. En Iran, une femme a été exécutée pour avoir tué son mari

30.07.2022 0 Par admin
  • Sebastian Usher et Leo Sands
  • nouvelles de la BBC

Action de protestation à Londres

Crédit photo : Getty Images

Légende des photos,

Manifestation à Londres contre le recours à la peine de mort en Iran en 2020

Les autorités iraniennes ont exécuté mercredi trois femmes pour avoir tué leur mari, a déclaré une organisation caritative de défense des droits humains.

Selon l’Iran Human Rights Group, ils faisaient partie des 32 personnes exécutées au cours de la seule semaine dernière.

Parmi eux se trouvait une femme reconnue coupable du meurtre de l’homme qu’elle avait épousé à l’âge de 15 ans.

Les autorités auraient considérablement accru le recours à la peine de mort, exécutant deux fois plus de personnes cette année que l’année dernière.

Les groupes de défense des droits de l’homme rapportent que l’Iran exécute également plus de femmes que tout autre pays, dont la plupart auraient été reconnues coupables du meurtre de leur mari.

L’ancienne épouse mineure Soheila Abadi a été pendue en prison après avoir été reconnue coupable du meurtre de son mari, a déclaré mercredi un groupe de défense des droits iranien. Elle l’a épousé il y a 10 ans quand elle avait 15 ans.

Il est rapporté que le tribunal, prononçant la sentence, a déclaré que le motif du meurtre était des  » querelles de famille « .

Les deux autres femmes exécutées mercredi ont également été reconnues coupables du meurtre de leur mari, a indiqué le groupe.

Les militants disent que de nombreux cas impliquent des allégations de violence domestique, mais les tribunaux iraniens l’ignorent souvent.

Les chiffres exacts sur le nombre d’exécutions ne sont pas disponibles car les autorités iraniennes n’annoncent pas officiellement tous les cas d’exécutions.

Selon une étude publiée en avril par deux groupes de défense des droits de l’homme, seuls 16,5 % des exécutions qui auraient eu lieu en Iran l’année dernière ont été annoncées par des responsables.

Les rapports de cette année suggèrent que le recours à la peine de mort a encore augmenté depuis lors.

Amnesty International a accusé cette semaine l’Iran d’avoir lancé une « horrible » série d’exécutions ces derniers mois.

Plus de 250 personnes ont été tuées au cours des six premiers mois de 2022, soit plus du double du nombre d’exécutions au cours de la même période de l’année précédente.

« L’appareil d’État commet des massacres dans tout le pays, empiétant de manière odieuse sur le droit à la vie », a déclaré Dayana Eltahawy, directrice régionale adjointe d’Amnesty International.

Les minorités ethniques sont également surreprésentées dans les statistiques.

Malgré le fait que les représentants de la minorité baloutche représentent environ 5 % de la population totale de l’Iran, parmi les personnes exécutées cette année, une sur quatre appartenait à ce groupe ethnique, selon Amnesty International.

Voulez-vous recevoir les principales nouvelles dans le messager? Abonnez-vous à notre Telegram ou Viber !