Lavrov veut obtenir le soutien africain pour la guerre contre l'Ukraine et blâme l'Occident

Lavrov veut obtenir le soutien africain pour la guerre contre l'Ukraine et blâme l'Occident

24.07.2022 0 Par admin

Réunion des ministres des Affaires étrangères d'Égypte et de Russie, Le Caire, 24 juillet

Crédit photo : AFP

Légende des photos,

Lavrov a commencé sa tournée en Afrique depuis l’Egypte

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a entamé une tournée dans les pays africains afin d’obtenir un soutien pour la guerre en Ukraine, que la Russie mène depuis cinq mois.

L’Egypte est le premier pays de ce court voyage diplomatique. Ensuite, Sergueï Lavrov a l’intention de se rendre en Éthiopie, en Ouganda et en République du Congo.

Dans un article publié par les journaux locaux à la veille de cette tournée, Lavrov a déclaré que la Russie a toujours « sincèrement soutenu les Africains dans leur lutte pour se libérer du joug colonial ». Il a également ajouté que Moscou apprécie la « position équilibrée » des Africains envers l’Ukraine.

Lors du vote à l’Assemblée générale de l’ONU le 2 mars, seuls 28 des 54 États africains ont soutenu la résolution condamnant l’invasion russe de l’Ukraine. D’autres se sont abstenus ou n’étaient pas présents à la réunion. Cependant, seule l’Érythrée a voté contre la résolution.

Crédit photo : Getty Images

Légende des photos,

Lavrov veut convaincre l’Afrique de soutenir la Russie

Au Caire, Lavrov s’est entretenu avec son homologue égyptien, Samekh Shukri. Lors d’une conférence de presse conjointe après la fin des négociations, Shukri a déclaré que l’Égypte insiste sur la nécessité d’une résolution rapide de la « crise ukrainienne », qui a considérablement affecté la sécurité alimentaire mondiale et les prix de l’énergie et perturbé les chaînes d’approvisionnement établies.

Lavrov a déclaré qu’il y avait un développement fructueux dans les relations bilatérales entre l’Egypte et la Russie, a souligné l’augmentation du commerce entre les deux pays de quatre milliards de dollars, soit de 5% par rapport à l’année dernière.

L’Egypte a des liens importants avec la Russie, qui lui fournit du blé, des armes et – avant la guerre en Ukraine – un grand nombre de touristes.

Cependant, la principale préoccupation de l’Égypte et d’autres pays africains est le manque de céréales.

Selon la Banque africaine de développement, l’Ukraine et la Russie fournissent généralement plus de 40 % du blé au continent. Dans le même temps, l’Égypte est le plus gros acheteur de blé ukrainien au monde : en 2019, elle en a importé 3,62 millions de tonnes, soit plus que tout autre pays.

Cependant, Sergueï Lavrov, dans un article précédant sa visite, a rejeté l’accusation selon laquelle la Russie « exporte la faim » et a mis en cause la propagande occidentale.

Il a ajouté que les sanctions occidentales contre la Russie ont accru les « tendances négatives » sur le marché alimentaire international liées à la pandémie de coronavirus.

Le ministre des Affaires étrangères de la Russie a indiqué l’intention de son pays de mettre en œuvre l’accord sur les exportations de céréales des ports ukrainiens, signé à Istanbul, et a déclaré que l’Occident devrait lever les sanctions contre les entreprises qui exportent des denrées alimentaires depuis la Russie et débloquer l’exportation de blé russe.

Cette déclaration peut être perçue avec un certain scepticisme, étant donné que la Russie a reconnu le bombardement du port d’Odessa, qui avait accumulé d’importants stocks de blé d’exportation, déjà après la signature de l’accord d’Istanbul.

De plus, le Trésor américain nie l’existence de sanctions contre les produits agricoles russes, non seulement concernant les céréales, mais aussi les engrais et les machines agricoles. L’Union européenne a annoncé en juillet qu’elle prévoyait d’assouplir certaines sanctions contre les banques russes pour faciliter le commerce des produits alimentaires russes. Les sanctions contre les produits agricoles russes n’ont pas non plus été introduites dans l’UE, mais les pays africains pourraient avoir des difficultés à payer les produits agricoles précisément à cause des sanctions introduites contre les banques russes.

Dans le même temps, Lavrov a ajouté lors d’une conférence de presse conjointe qu’en ce qui concerne l’accord sur l’exportation de blé ukrainien, la Russie « n’a aucun préjugé contre la reprise des négociations sur un plus large éventail de questions, mais la question ne dépend pas de nous ».

Crédit photo : Getty Images

Légende des photos,

Dans un discours aux représentants de la Ligue des États arabes, Lavrov a déclaré que la Russie aiderait à renverser le « régime anti-peuple et anti-historique en Ukraine »

Plus tard, dans un discours devant les représentants permanents de la Ligue des États arabes au Caire, Lavrov a critiqué l’Ukraine : « Nous sommes désolés pour le peuple ukrainien, qui mérite mieux. Nous sommes désolés pour l’histoire ukrainienne, qui s’effondre sous nos yeux, et nous sommes désolés pour ceux qui ont succombé à la propagande d’État du régime de Kiev et ceux qui le soutiennent, visant à faire de l’Ukraine un éternel ennemi de la Russie… »

« Les peuples russe et ukrainien continueront à vivre ensemble. Nous aiderons certainement le peuple ukrainien à se débarrasser du régime, qui est absolument anti-peuple et anti-historique », a souligné M. Lavrov.

En cela, selon lui, les Ukrainiens sont encouragés par leurs « conservateurs occidentaux », parmi lesquels il a nommé Londres, Washington, l’UE et l’OTAN.

Mykhailo Podolyak, conseiller du chef du bureau du président ukrainien, a déclaré en réponse que le ministre russe des Affaires étrangères avait développé une « schizophrénie russe classique ».

« Les déclarations d’aujourd’hui de Lavrov lors de la réunion avec les représentants des pays – membres de la Ligue des États arabes – rappellent bien pourquoi il ne faut pas se déplacer sous le soleil en été sans chapeau. Schizophrénie russe classique : le matin vous déclarez que Moscou veut des négociations, et dans la soirée – que votre objectif – « pour se débarrasser du régime anti-populaire de Kiev », – at-il noté.

Selon Podoliak, Lavrov représente un « pays barbare » qui a envahi un territoire étranger sans raison et tue les Ukrainiens aussi brutalement que possible.

Podolyak a ajouté que le gouvernement ukrainien actuel a été élu lors d’élections équitables, compétitives et démocratiques, mais que de tels mots ne sont pas familiers à l’élite russe.

La Russie veut profiter de la réticence des pays africains à soutenir une équipe

Commentaire de Will Ross, rédacteur régional de BBC World Service pour l’ Afrique

Photo de Luke Dray

Légende des photos,

La plus grande boulangerie d’Ouganda a dû augmenter les prix de ses produits en raison d’une forte augmentation du prix du blé. L’Ouganda achète la plupart de ses céréales à la Russie et à l’Ukraine

Sergueï Lavrov essaie de convaincre les pays africains qu’il est préférable pour eux de se ranger du côté de la Russie que de l’Occident, en utilisant des phrases comme « nous aiderons à achever le processus de décolonisation ».

Mais la plupart des pays africains restent réticents à prendre parti dans la guerre de la Russie contre l’Ukraine car ils craignent une répétition de la guerre froide, qui a eu un effet dévastateur sur l’ensemble du continent, alimentant les conflits et entravant le développement économique.

À l’heure actuelle, cependant, la plus grande préoccupation est la hausse du coût de la nourriture et du carburant.

Les dirigeants africains sont bien conscients que lorsque leurs citoyens n’ont pas assez à manger, ils peuvent très bien leur enlever leur pouvoir.

L’Ukraine appellera les pays africains à ignorer le sommet Russie-Afrique et à refuser de coopérer avec les Russes

L’Ukraine appellera les pays africains à éviter de participer au sommet Russie-Afrique et de coopérer avec les Russes en général.

Maksym Subkh, récemment nommé par Volodymyr Zelenskyi, le représentant spécial de l’Ukraine au Moyen-Orient et en Afrique, l’a dit dans un commentaire à BBC News Ukraine à la veille de la tournée de Lavrov.

Le 21 juillet, Vladimir Poutine a signé un décret sur la tenue du sommet Russie-Afrique en 2023.

Auteur de la photo, Ministère des affaires étrangères de l’Ukraine

Légende des photos,

Le Représentant spécial de l’Ukraine au Moyen-Orient et en Afrique, Maksym Subh, a déclaré que

« Nous sommes conscients des intentions de la Russie d’organiser le deuxième sommet Russie-Afrique à Saint-Pétersbourg. Nous appelons constamment nos partenaires internationaux, y compris ceux d’Afrique, à s’abstenir de participer aux événements organisés par l’État agresseur, afin que le sommet ne soit pas être une exception », a-t-il déclaré.

Selon Subh, l’Ukraine expliquera la nature coloniale de la politique de la Russie moderne aux États africains.

« Nous attirerons l’attention des pays africains sur le fait que la politique de néo-colonialisme, que la Russie poursuit actuellement contre l’Ukraine, est le phénomène honteux contre lequel les peuples africains luttent depuis des siècles », explique Subh.

Il est difficile de changer l’attitude des pays africains amis de Moscou depuis des décennies, mais les arguments sont suffisants.

« Le droit international et la communauté internationale sont de notre côté. Nous travaillons à un changement progressif de la position de ces pays vers une position pro-ukrainienne, qui correspondra aux principes de la politique étrangère de ces pays eux-mêmes : le respect de la la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale des pays, l’inviolabilité des frontières, le non-recours à la force pour résoudre les conflits, la non-ingérence dans les affaires intérieures », explique Subh.

Selon ses prévisions, le renforcement des sanctions internationales affaiblira la coopération de la Russie avec l’Afrique.

La tournée du ministre des Affaires étrangères Dmytro Kuleba en Afrique subsaharienne est prévue pour l’automne, a déclaré Subh.

Voulez-vous recevoir les nouvelles les plus importantes dans le messager? Abonnez-vous à notre Telegram ou Viber !