Poutine : Kyiv n'est pas prête à respecter les accords de paix

Poutine : Kyiv n'est pas prête à respecter les accords de paix

20.07.2022 0 Par admin

Poutine

Crédit photo : Reuters

Moscou ne voit pas la volonté de Kyiv de respecter les accords sur un règlement pacifique, a déclaré le président russe Vladimir Poutine.

« Le résultat final ne dépend pas des médiateurs, mais de la volonté des parties aux négociations de respecter les accords. Nous voyons que les autorités de Kyiv n’ont pas une telle volonté », a déclaré Poutine aux journalistes à la fin de sa visite en Iran.

La visite en Iran était la deuxième visite à l’étranger de Poutine après le début de la guerre en Ukraine.

Le président russe y a rencontré les présidents iranien, Ibrahim Raisi, et turc, Recep Tayyip Erdogan, ainsi que le chef spirituel iranien, l’ayatollah Khamenei.

« Non-respect des accords »

Selon Poutine, l’Ukraine n’aurait pas respecté les accords d’Istanbul. Dans le même temps, le président de la Fédération de Russie n’a pas précisé lesquels.

« Il y a eu de fameuses négociations à Istanbul, quand nous sommes parvenus à un accord, il ne restait plus qu’à le parapher. Pour créer ces conditions, nos troupes se sont retirées du centre de l’Ukraine, de Kyiv. Mais les autorités de Kyiv ont refusé de mettre en œuvre ces accords », a déclaré Poutine.

Selon lui, étant donné que les autorités ukrainiennes ne voudraient pas remplir leurs obligations, il ne rencontrera pas le président ukrainien Volodymyr Zelenskyi.

Crédit photo : Getty Images

Légende des photos,

Fin mars à Istanbul, les parties ont annoncé le premier projet de traité de paix

L’Ukraine formule alors sa proposition à la Russie concernant les modalités de la fin de la guerre. Son principal aspect est le rejet de l’OTAN et des nouvelles garanties de sécurité.

Quant aux territoires ukrainiens qui sont sous occupation russe depuis huit ans, on a supposé que cette question ne pourrait être résolue plus tard que lors d’une rencontre en face à face entre Zelenskyi et Poutine.

Allègement des sanctions en échange de céréales

Entre autres choses, à Téhéran, le président russe a déclaré que pour débloquer l’exportation de céréales ukrainiennes, qui dépend du degré de menace de famine dans certains pays, l’Occident devrait assouplir les sanctions contre la Russie.

L’Occident et d’autres pays ont imposé plusieurs paquets de sanctions contre la Russie en réponse à son invasion de l’Ukraine.

Poutine a rappelé que la Turquie et le président Recep Tayyip Erdogan personnellement « ont beaucoup fait pour parvenir à un accord sur l’exportation de céréales ukrainiennes ».

« Mais au début, nous avons posé la question de manière à ce qu’elle soit conditionnée, à savoir : nous faciliterons l’exportation de céréales ukrainiennes, mais nous supposons que toutes les restrictions liées à d’éventuels approvisionnements pour l’exportation de céréales russes seront supprimées », dit-il Poutine.

Légende de la vidéo,

Céréales ukrainiennes : que va-t-il advenir ?

La veille, l’agence Reuters rapportait que l’UE avait l’intention de débloquer les fonds de certaines banques russes pour les transactions liées à l’alimentation et aux engrais. Selon l’agence, l’Union européenne peut débloquer les fonds de VTB, Radkombank, Novykombank, Promsvyazbank, VEB, Otkritie Bank et même Rossiya Bank, qui est contrôlée par un ami proche de Poutine.

La semaine dernière, la Commission européenne a proposé de clarifier les sanctions contre la Russie – mais pour qu’elles « ne visent en aucune façon les produits agricoles ».

Les autorités américaines sont en avance sur les européennes en la matière. La semaine dernière, on a appris que les États-Unis autorisaient les transactions depuis la Russie concernant les engrais, les aliments, les semences, les médicaments et les équipements médicaux.

Auteur de la photo, ERA

Poutine a attiré l’attention sur cela à Téhéran.

« Comme vous le savez, disons, les restrictions liées à l’approvisionnement en engrais russes sur le marché mondial ont en fait été supprimées par les Américains. J’espère qu’il en sera de même avec l’approvisionnement des exportations de céréales russes, s’ils veulent sincèrement améliorer la situation sur les marchés mondiaux. » – a-t-il déclaré après les négociations.

La situation des céréales en Ukraine

Après l’invasion du 24 février, les ports ukrainiens de la mer Noire, principalement Odessa et Mykolaïv, ont été bloqués et les ports de la mer d’Azov ont été saisis par la Russie.

Selon des experts occidentaux, des millions de tonnes de céréales ont été collectées à Odessa et ses environs.

En outre, de plus en plus de preuves apparaissent que les troupes russes dans les régions occupées de l’Ukraine volent systématiquement des céréales.

Aujourd’hui, l’Ukraine l’exporte par les ports du Danube, ainsi que par la route et le rail. Mais ces filières ne permettent d’exporter qu’une petite partie des volumes d’avant-guerre. Le mois dernier, par exemple, il a été possible d’exporter 2,5 millions de tonnes de produits, alors que le besoin mensuel est de 8 millions de tonnes.

La veille, le ministre de la Défense de la Turquie a déclaré que les parties étaient convenues de mesures de sécurité pour les routes de transport du grain.

« La réunion des représentants de la Turquie, de la Fédération de Russie, de l’Ukraine et de l’ONU, au cours de laquelle ils peuvent être formalisés dans le document pertinent, pourrait avoir lieu cette semaine », a-t-il noté.

Crédit photo : Getty Images

La première réunion de ce type a eu lieu le 13 juillet à Istanbul.

Ensuite, les participants aux négociations quadrilatérales (Ukraine, Russie, Turquie et représentants de l’ONU) se sont mis d’accord sur la création d’un centre de coordination pour l’exportation de céréales ukrainiennes par voie maritime.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a qualifié les progrès de mercredi de « pas en avant significatif ».

Mais il reste encore du travail à faire pour conclure l’accord, « beaucoup de bonne volonté et d’engagement de la part de toutes les parties », a-t-il ajouté.

Le chef du ministère ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a déclaré que la Russie et l’Ukraine, avec l’aide de médiateurs internationaux, étaient presque parvenues à un accord sur le déblocage des ports ukrainiens pour l’exportation de céréales.

« En effet, à l’heure actuelle, nous sommes à un stade très avancé. Et nous espérons que la Fédération de Russie se comportera de manière responsable et signera dans le respect des obligations prévues dans le projet de cet accord », a déclaré Kuleba sur les ondes de la chaîne de télévision Rada. .

Voulez-vous recevoir les principales nouvelles dans le messager? Abonnez-vous à notre Telegram ou Viber !