Les prix du pétrole ont grimpé en flèche. Que se passera-t-il ensuite et quel est le rôle de la Russie

Les prix du pétrole ont grimpé en flèche. Que se passera-t-il ensuite et quel est le rôle de la Russie

08.06.2022 0 Par admin

Une plate-forme pétrolière russe dans l'Arctique

Photo par Getty Images

Légende de la photo,

La Russie produit plus de 10 millions de barils de pétrole par jour

Les plus grands exportateurs de pétrole du monde ont accepté d’augmenter légèrement leur production pour aider à ralentir les prix.

Cependant, les membres du groupe de producteurs de pétrole OPEP +, qui comprend la Russie, ne prévoient pas d’augmenter la production au niveau requis par les pays importateurs de pétrole.

Qu’est-ce que l’OPEP + ?

L’OPEP+ est un groupe de 23 pays exportateurs de pétrole qui se réunit chaque mois à Vienne pour décider de la quantité de pétrole brut à vendre sur le marché mondial.

Le groupe est basé sur 13 membres de l’OPEP, principalement du Moyen-Orient et d’Afrique. L’OPEP a été créée en 1960 en tant que cartel pour fixer les approvisionnements et les prix du pétrole.

Aujourd’hui, les pays de l’OPEP produisent environ 30 % du pétrole brut mondial, soit environ 28 millions de barils par jour. L’Arabie saoudite est le plus grand producteur de pétrole de l’OPEP, produisant plus de 10 millions de barils par jour.

En 2016, alors que les prix du pétrole étaient particulièrement bas, l’OPEP s’est associée à 10 producteurs de pétrole non-OPEP pour créer l’OPEP+.

Ces nouveaux membres incluent la Russie, qui produit également plus de 10 millions de barils par jour.

Ensemble, ces pays produisent environ 40 % du pétrole brut mondial.

« L’OPEP+ ajuste l’offre et la demande pour équilibrer le marché. Ils maintiennent les prix élevés en réduisant l’offre lorsque la demande de pétrole chute », a déclaré Kate Durian de l’Institut de l’énergie.

L’OPEP + pourrait également faire baisser les prix en donnant plus de pétrole au marché, ce que veulent les grands importateurs comme les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Pourquoi les prix du pétrole sont-ils si élevés ?

Au printemps 2020, lorsque le Covid s’est répandu dans le monde et que les pays ont commencé à imposer des confinements, le prix du pétrole brut a chuté en raison du manque d’acheteurs.

« Les producteurs ont payé pour se débarrasser du pétrole parce qu’ils n’avaient pas assez d’espace pour le stocker », explique Durian.

Après cela, les membres de l’OPEP + ont convenu de réduire la production de 10 millions de barils par jour pour aider à augmenter les prix.

En juin 2021, alors que la demande de pétrole commençait à se redresser, l’OPEP + a commencé à augmenter progressivement l’offre, fournissant 400 000 barils supplémentaires par jour aux marchés mondiaux. En juillet et août, l’organisation fournira 600 000 barils supplémentaires.

Cependant, il fournit toujours environ 2,5 millions de barils par jour de moins qu’au printemps 2020.

Lorsque la Russie a envahi l’Ukraine, le prix du pétrole a grimpé à plus de 100 dollars le baril en raison de la panique sur les marchés. Cela a conduit à une augmentation significative des prix de l’essence dans les stations-service.

« Quand l’OPEP+ a coupé les approvisionnements de 10 millions de barils par jour en mai 2020, c’était trop », a déclaré David Fife, économiste en chef chez Argus Media.

« Maintenant, ils augmentent l’offre à un rythme lent, sans tenir compte des conséquences de la crise russo-ukrainienne », a-t-il ajouté.

Pourquoi l’Opep+ n’augmentera-t-il pas la production de pétrole ?

Le président américain Joe Biden a appelé à plusieurs reprises en vain l’Arabie saoudite à augmenter la production de pétrole.

Le Premier ministre du Royaume-Uni Boris Johnson a également demandé à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis d’augmenter leur production. Il a également été refusé.

Photo de Gertty Images

Légende de la photo,

Boris Johnston n’a pas réussi à persuader l’Arabie saoudite et d’autres pays d’augmenter la production de pétrole

« L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont des capacités de réserve, mais ils refusent d’augmenter eux-mêmes leur production », a déclaré Kate Durian. « Ils ne veulent pas que l’Occident leur dicte cela ».

« Ils disent que l’écart entre l’offre et la demande se réduit et que les prix élevés d’aujourd’hui reflètent simplement la panique des acheteurs de pétrole », a-t-elle ajouté.

D’autres pays de l’OPEP+ tentent d’augmenter leur production.

« Des producteurs comme le Nigeria et l’Angola ont réduit leurs quotas de production d’un million de barils par jour au cours de l’année écoulée », a déclaré David Fife.

« Pendant la pandémie, les investissements ont chuté et les usines pétrolières n’étaient dans certains cas pas correctement entretenues. Maintenant, ils constatent qu’ils ne peuvent pas vraiment augmenter la production au maximum », a-t-il déclaré.

Photo par Getty Images

Légende de la photo,

Président russe et secrétaire général de l’OPEP

Que veut la Russie ?

L’OPEP+ doit également respecter la volonté de la Russie, car elle est l’un des deux plus grands partenaires de l’alliance.

« Les Russes sont satisfaits des prix à ce niveau, a déclaré Carol Nahle, PDG de Crystol Energy. Ils ne gagneront rien si les prix baissent. »

« L’OPEP veut maintenir de bonnes relations avec la Russie, donc ils sont susceptibles de poursuivre l’accord qu’ils ont tous signé l’année dernière. Cela signifie que l’approvisionnement en pétrole augmentera très progressivement d’ici septembre », a-t-elle ajouté.

Vous voulez obtenir les meilleures nouvelles dans Messenger ? Abonnez-vous à notre Telegram ou Viber !