Kabayev, la famille Peskov et la puissance occupante de la région de Kherson : nouvelles sanctions de l'UE

Kabayev, la famille Peskov et la puissance occupante de la région de Kherson : nouvelles sanctions de l'UE

03.06.2022 0 Par admin

Ministère des affaires étrangères de l'UE

Photo par Getty Images

Dans le cadre du sixième paquet de sanctions, l’UE a imposé des sanctions à d’autres personnes physiques et morales en Russie.

Les actes juridiques pertinents ont été publiés au Journal officiel de l’UE.

« Compte tenu de la gravité de la situation, le Conseil européen estime que 65 personnes et 18 organisations devraient être ajoutées à la liste des personnes, organisations et organismes contre lesquels des mesures restrictives sont imposées », indique l’annexe à la liste des sanctions.

Des dizaines de personnes ont été ajoutées à la liste mise à jour des sanctions : des militaires, des travailleurs des médias, des hommes d’affaires et des membres de leurs familles, ainsi que des responsables des territoires occupés d’Ukraine, que les autorités européennes considèrent comme des collaborateurs.

Parmi les Russes sur la liste des sanctions figuraient le fondateur de Yandex, Arkady Volozh , le chef du Centre de gestion de la défense nationale Mikhail Mizintsev , la fille et le fils de l’attaché de presse du président russe Dmitri Peskov , Elizabeth et Nikolai, et sa femme Tatiana Navka. Auparavant, ils figuraient sur la liste des sanctions américaines.

Alina Kabayeva a reçu le 1171e numéro de la liste des sanctions. Elle y est arrivée en tant que présidente du conseil d’administration du National Media Group (NMG), bien que les autorités européennes mentionnent que l’ancienne gymnaste appartient au cercle restreint de Vladimir Poutine.

Le NMG détient une participation dans les plus grands médias qui rediffusent la « propagande d’État russe », a déclaré l’UE. Selon l’alliance, cela rend Kabayeva responsable de soutenir des actions qui portent atteinte à l’intégrité territoriale et à la souveraineté de l’Ukraine.

Le chef du Roskomnadzor Andriy Lipov est également soumis à des restrictions.

Des sanctions ont été imposées à Marina Mordashova et Oleksandra Melnychenko , les épouses des milliardaires Oleksiy Mordashov (le principal propriétaire de la société sidérurgique et minière Severstal) et Andriy Melnychenko (fondateur de la plus grande société charbonnière russe SUEK et du fabricant d’engrais Eurochem).

En outre, le propriétaire de la « Société indépendante de pétrole et de gaz », Eduard Khudainatov , a été ajouté à la liste. La décision souligne qu’il appartient à l’entourage de Vladimir Poutine et du chef de « Rosneft » Igor Sechin.

Les mesures restrictives ont touché Pavel Pryhozhyn , le fils du chef du conseil d’administration du groupe de médias Patriot, Yevhen Pryhozhyn.

En outre, la liste des sanctions comprend des responsables des régions occupées d’Ukraine, que l’UE considère comme des collaborateurs. Parmi eux se trouvent Halyna Danilchenko , le chef de Melitopol nommé par les autorités d’occupation, Volodymyr Saldo , le « chef » de la région de Kherson, et son adjoint, Kyrylo Stremousov , ainsi que des membres du soi-disant « Comité pour la paix et l’ordre ».  » opérant dans la région de Kherson et coopérant avec les autorités russes.

Un autre nouveau nom sur la liste des sanctions est Petro Akopov , un chroniqueur de RIA Novosti. Il était l’auteur de la tristement célèbre chronique « Offensive de la Russie et du Nouveau Monde », publiée sur le site Web de l’agence en février de cette année. Il a déclaré, par exemple, que Vladimir Poutine avait assumé la « responsabilité historique de ne pas laisser la solution de la question ukrainienne aux générations futures ».

La liste comprend également plus de 40 militaires de la 64e brigade de fusiliers motorisés séparés de Russie , qui, selon l’UE, est responsable des massacres dans la ville de Bucha près de Kiev. Parmi eux se trouve le commandant de brigade, le colonel Azatbek Omurbekov , qui était surnommé le « Bucha Butcher ».

Le patriarche Kirill n’est pas tombé sous le coup des sanctions : la Hongrie se serait opposée aux mesures restrictives.

Vous voulez obtenir les nouvelles les plus importantes dans le messager? Abonnez-vous à notre Telegram ou Viber !